Qui suis-je ?

www.audiotechno.fr

2 avril 2008

Bientôt 3 ans que j'ai lancé ce site. Il est temps que je me présente à ceux qui me font l'honneur de le visiter. Ce n'est pas une action de narcissisme aigu, mais comme je baigne dans le monde de la Hi-Fi depuis un bon moment, je me dis que parmi les contacts que j'ai certains ont peut être oublié ma bobine ou bien mon nom ne leur dit plus rien. J'en profite pur raconter ici mon parcours dans la reproduction sonore...

Par ou tout a commencé !

Le temps passe et j'atteints maintenant la fin des cinquantièmes (rugissants ?) mais je suis tombé dans la Hi-Fi très tôt, vers 14 ans. Enfin, ce n'était pas à proprement parler de la Hi-fi, mais au cours d'une récrée à l'école, un gars sort d'un sac un poste à galène. Un fil sur un radiateur, un autre qui sert d'antenne et hop, on entendait Paris-Inter dans un écouteur. Une bobine, un condensateur et ça marche. Magique ! Je tombe sous le charme.

Une galène
La galène est un composé cristallisé de sulfure de plomb (PbS) qui existe à l'état naturel.

A cette époque là, j'habitais Paris et un magasin (Central Radio) situé rue de Rome dans le 8e arrondissement à Paris commercialisait un kit d'un appareil équivalent mais doté, lui, d'une diode au germanium. Les quelques sous que j'avais en poche disparaissent dans ce kit. Pas (encore) de fer à souder, c'est un tournevis chauffé dans la flamme d'une cuisinière à gaz qui me permet de souder les éléments entre eux. Et ça marche.
Le noël suivant je me fais offrir mon premier amplificateur. Quelques résistances, condensateurs, un transistor, un transformateur et un HP Audax d'une dizaine de cm de diamètre. Mes parents ayant attiré mon attention sur le coût de l'ensemble, je "connecte" les éléments avec ... De la pâte à modeler ! Je retourne au magasin pour valider l'opération. Vous imaginez la tête du vendeur ! Il me dit qu'il fallait souder, évidemment. J'achète donc mon premier fer, et je soude. Et ça marche. le HP diffuse. Waouh ! Je récupère une petite boite en bois et monte le HP dedans. Mon premier baffle !

La lecture assidue de la revue "Le Haut-Parleur", la visite fréquente des auditoriums qui commencent à fleurir dans la capitale commencent à faire chauffer mes neurones. Puis, c'est la naissance de "La revue du son" (dont j'ai encore pas mal de numéros à la cave) et le salon de la Hi-fi du Quai d'Orsay. J'ai trouvé ma voie...

Les choses sérieuses commencent quand j'étais en seconde. Je me lance dans la fabrication d'un amplificateur à tubes. Un push-pull ultra-linéaire de EL84, une 12AU7 en entrée et un déphaseur de Schmitt avec une 12AX7, transformateur de sortie TU101 (Je publierai le schéma si je le retrouve un jour !).

Ampli Push-Pull de10W équipés d'EL84 et transfo TU101 - Coffret
Ampli Push-Pull de10W équipés d'EL84 et transfo TU101 - Coffret

Un coffret métallique comme on en trouvait à l'époque. Pour "l'humaniser" un peu, je l'avais affublé d'une plaque de formica, ça faisait plus cossu !

Ampli Push-Pull de10W équipés d'EL84 et transfo TU101 - Câblage / Dessus            Ampli Push-Pull de10W équipés d'EL84 et transfo TU101 - Câblage / Dessous
Câblage / Dessus                                                                        Câblage / Dessous

J'ai ressorti ce vieil ampli de la cave ou il séjournait depuis des dizaines d'années. Pas question de le remettre en route, j'aurais trop peur que les condensateurs n'explosent. En cliquant sur les images on peut voir le fameux transformateur de sortie Audax TU101. Le tube d'alimentation EZ80 n'est plus sur son support de même que les tubes d'entrée 12AU7 et 12AT7 utilisés sur un autre montage. Le câblage était quand même assez propre pour un premier ampli et comme le disait un copain : "Il a mangé du cheval ton ampli" ! Dommage, il était Mono et d'après mes souvenirs, il était plutôt silencieux.

Tube 12AU7    Tube 12AX7    Tube EL84    Transfo de sortie Audax TU101 - Vue d'ensemble    Transfo de sortie Audax TU101 - Vue de dessus
De gauche à droite : 12AU7, 12AX7, EL84, transfo de sortie Audax TU101

Il me faut un baffle ! J'investis dans un kit Audax. C'est un trois voies. Un 28 cm dans le grave : le WFR15 qui ressemble au WFR24 car je n'ai pu retrouver de photo du WFR15. Le medium est un Medomex 15 qui avait la particularité d'avoir une sorte de membrane plane (Photo introuvable sur le Web). Deux tweeters TW8B fixés sur un support en V complètent le système. Bien sûr il y a un filtre que je câble sur une petite plaquette de bois. Le baffle réalisé en contre-plaqué fait 80 x 40 x 30 d'après mes souvenirs... Raccordé à l'ampli à tube dont je parle plus haut fonctionne pas mal, toujours d'après mes souvenirs.

 Tweeters Audax TW8B              Boomer Audax WFR24
Les haut-parleurs Audax : Tweeters TW8B et Boomers WFR24

Années 70, je commence à bosser

Les années passent. Mes moyens augmentent. Je lance alors dans une suite d'achats plus ou moins raisonnés. Après la construction d'un amplificateur stéréo à transistors à base de modules Scientelec, j'achète un gros ampli Esart de 2 x 50W auquel j'ajoute un tuner de la même marque, une platine B&O et un magnétophone Revox A77. Je construits de nouveaux baffles qui sont équipés de HP Vega de 34 cm : des 340ACTLB auxquels j'ajoute un 21 cm Supravox (Déjà !) et 4 tweeters Audax TW8B ! La caisse, close, est trop petite pour le HP de grave, le medium qui n'est pas isolé subit la pression du grave et la multiplication des tweeters n'est pas une bonne chose. L'ensemble est impressionnant, mais j'écoute les baffles pas ce qui en sort ...

Platine Bang & Oloufsen Beogram 1000            Amplificateur Esart E250            Magnétophone à bandes Revox A77
Platine B&O Beogram 1000, amplificateur Esart E250, magnétophone Revox A77

Je tourne une page et je revends tout ça. En 1977 naît la revue "L'Audiophile" qui ébranle le milieu des amateurs audiophiles. On y parle de caissons Onken, de préamplificateurs et d'amplificateurs Kanéda et de tas d'autres choses très intéressantes. Je fais des stages à "La Maison de l'Audiophile" (rue de Belfort) et ne rate aucun des salons organisés par cette maison. Fichtre, Je n'aurais peut être pas des baffles de cette taille, mais je peux quand même faire quelque chose.

Paire de Ditton 66 sans la façade           
Les enceintes Ditton 66 sans et avec la façade.
A remarquer : le medium à dome et le HP passif.

En fait, je me retrouve avec des Ditton 66 que je conserverai un certain temps car parallèlement je me lancerai dans la fabrication du préamplificateur Kanéda qui succédera au préamplificateur Sony TA2000F. Exit la platine B&O, j'opte pour une Thorens TD125 équipée d'une cellule Shure V15 type III.

Préamplificateur Sony TA2000F            Platine Thorens TD125
Préamplificateur Sony TA2000F, Platine Thorens TD125

 

Années 80, un sacré virage !

Comme tout le monde ( ? ) j'achète mon premier lecteur de CD. Mon choix se portera sur un lecteur Yamaha. Plus de souffle, plus de bruits de surface, plus de rumble, des aigus plus nets, des basses plus fermes, plus de disque à retourner pour écouter la suite d'une symphonie; C'est le bonheur .... ???
Les platines à entraînement direct (l'axe du plateau est le rotor du moteur) fleurissent aussi et je trouve que la Thorens démarre trop lentement, j'achète alors une Technics SL-1500.

Lecteur de CD Yamaha CD2            Platine Technics SL-1500 à entrainement direct
Lecteur de CD Yamaha CD2, Platine Technics SL-1500

La multi-amplification me gagnera rapidement car je fais l'acquisition d'une enceinte absolument étonnante : l'ESS AMT1. J'avais écouté cette enceinte chez "Musiques et Technique" à Paris. Le maître des lieux était un gars doté d'une redoutable oreille et d'un non moins sens du commerce : Alain Choukroun ( http://www.alainchoukroun.fr ) qui possède depuis de nombreuses années maintenant son propre magasin dans le 15e arrondissement de Paris. Je lui ai racheté ses propres enceintes.

Le tweeter Air Motion Transformer d'ESS

Le fameux tweeter ESS est tout d'abord associé à 2 HP Siare de 31 cm montés en parallèle dans une enceinte close. Le tout fonctionne pas mal. La transparence apporté par le tweeter fait merveille, mais le grave n'est pas à la hauteur et le medium est chahuté ! Je passe alors en 3 voies. Les deux 31cm Siare sont montés dans une caisse plus grosse, je réalise une boite d'une quinzaine de litres pour y loger un 20 cm de chez Audio Référence, l'AMT ESS coiffant la réalisation. Le système à pris du volume !!! C'est correct, sans plus, car je trouve le grave un peu mou et le medium pas à la hauteur de l'AMT.

L'électronique évolue parallèlement. Le 8W Classe A sur batterie s'occupe du grave et je craque, pour aller plus vite, pour 2 amplificateurs Technics SE9060 de 2 x 70W. Ces amplificateurs font partie d'un ensemble qui a fière allure. Ils sont de plus superbement construits en double mono. Le filtre électronique est celui décrit sur ce site.

           
L'amplificateur Technics SE9060

 

La chaîne dans les années 80.

La chaîne dans les années 80

Sur la gauche, une deuxième tentative d'association du tweeter ESS en 3 voies. Elle comporte par rapport à ma première tentative un haut parleur de medium de chez 3A

A droite du baffle, en haut, la platine Audioanalyse équipée d'un bras SME 3009 (version courte) muni d'une cellule V15 type III remplacée depuis par une Denon DL103 et ses transformateurs associés provenant de la Maison de l'Audiophile à Paris.

La colonne centrale montre de haut en bas :
- Mon premier lecteur Cd acheté en 1983, il s'agit du Yamaha CD2
- Le tuner SONY 5140
- La masse noire peu visible en dessous représente le filtre analogique, le préamplificateur Kanéda et le rack d'alimentations.
- Le préamplificateur SONY TA2000F, il est encore là car je faisais des écoutes comparatives à ce moment là,
- Le 8W Classe A
- Les 2 amplificateurs Technics SE9060

Sous le Revox B77, un casier à disques recyclé en boîtier abritant 2 batteries 12V-60Ah et l'électronique de charge.

Magnétophone à bandes Revox B77

Un élément n'apparaît pas sur cette image, c'est le casque électrostatique Stax SRX et son adaptateur SRD7. Écoute fabuleuse, les superlatifs manquent. Si les enceintes pouvaient donner ce son là !

Casque électro-statique Stax SRX et adaptateur SRD7
Casque électro-statique Stax SRX et adaptateur SRD7

Le vinyl régnait encore en maître absolu à cette époque là !

 

Années 90

Dévoré par mon activité professionnelle, je mets ce type d'activité en stand-by. Enfin presque, car je monte le 50W Classe A de l'audiophile. Un sacré ampli qui me servira à alimenter les nouvelles enceintes que je viens d'acheter, des Audio Référence AC126 DCII que j'avais entendu dans un salon et qui m'avaient beaucoup impressionnées.

La video numérique pointe son nez et la qualité de l'image n'a aucune comparaison avec celle des cassettes VHS. Un lecteur de Laser-disc Pioneer CLD-1850 vient compléter le système.

Lecteur de laser-disc Pioneer CLD-1850
Lecteur de laser-disc Pioneer CLD-1850

 

Années 2000, le numérique arrive en force dans tous les domaines et Internet devient incontournable !

En surfant sur le Web, je tombe sur le site de Thierry Martin ( http://www.dcx2496.fr ) qui parle des modifications qu'il effectue sur le filtre numérique du même nom. Le numérique ! Voilà une idée qu'elle est bonne ! Je cours acheter cet appareil qui sera bientôt rejoint par le SRC2496 du même constructeur : Behringer ( http://www.behringer.com ) et je me lance dans les modifs (voir la page qui est consacré à cela).
Je recâble les enceintes Audio Référence AC126DCII afin de les multi amplifier et de me faire la main sur le filtre numérique. Quelle souplesse !

Convertisseur Behringer SRC2496    Filtre numérique Behringer DCX2496
Behringer : Convertisseur SCR2496 et filtre numérique DCX2496

Mais voilà, jamais satisfait, une idée me poursuit depuis un bon moment, celle du baffle plan ! Le site de Dominique Petoin est une mine d'or à ce sujet ( http://www.petoindominique.fr ). Par contre, le grave en baffle plan pose beaucoup de problème pour obtenir quelque chose de correct et ayant de l'impact. Je décide donc que le medium et l'aigu seront en baffle plan et qu'il y aura un caisson dessous. Vous connaissez la suite ...

Pour finir, quelques mots sur mon parcours professionnel.
Technicien en électronique puis ingénieur informaticien après des années à user mes fonds de culotte aux Arts et Métiers, j'ai développé des logiciels d'application dans le traitement de l'eau, l'imagerie médicale et les télécommunications. En 1990, je change de métier et j'assume des postes à responsabilités dans le domaine de la Qualité industrielle principalement dans l'automobile. Nous sommes en 2008, la retraite approche, j'ai donc du temps pour me mettre sérieusement à Internet et à ma passion pour l'audio.

Alain MASSON - www.audiotechno.fr